Résidences en territoires

Arriver sur un nouveau territoire pour y construire un projet artistique, c’est d’abord prendre le temps de faire connaissance avec ce territoire, sa structuration, ses habitudes, ses acteurs locaux (culturels et sociaux), de rêver à des ponts possibles entre notre démarche artistique, nos parcours de création, et les habitants des lieux. Ne pas être dans une démarche déscendante, mais plutôt chercher à « faire ensemble ». Inviter les gens dans nos histoires, nous laisser inviter dans les leurs.

Nous envisageons toujours ces résidences longues comme un équilibre entre permanence et impermanence : prendre le temps d’être là, d’observer, d’échanger, de se tromper, d’être amenés par le biais des rencontres à des endroits que nous ne pensions pas explorer. Mais se savoir là pour un temps seulement, être conscient que d’autres nous ont précédé, que d’autres nous succèderont. Avoir la modestie et la force du temporaire.

Avoir le temps, c’est aussi pouvoir créer des confiances, des fidélités, des envies de se suivre. Et faire que des gens éloignés des pratiques de création puissent se sentir légitimes à pousser la porte des théâtres, puisqu’on se connait.